Main menu

Archeologie : ‘Pas une chasse au tresor’

« L’archéologie est une science à part entière, elle étudie les contextes et ne s’intéresse donc pas aux seuls objets, elle n’est pas une chasse au trésor. Donc, l’utilisation de détecteurs de métaux est réglementée, même si certains galvaudent le sens des mots inscrits dans les textes de loi. Utiliser un tel appareil nécessite obligatoirement une autorisation préfectorale délivrée après montage d’un dossier scientifique, la seule autorisation d’un propriétaire ne suffit pas. » C’est d’ailleurs le sens de la conférence de l’association Halte au pillage du patrimoine archéologique et historique qui s’est tenue à Melle il y a quelque temps, en partenariat avec le musée de Rauranum et la communauté de communes du Mellois : « Après plusieurs pillages constatés de

Le tresor vendu de Pont-a-Marcq : une histoire qui vaut son pesant d’or !

La ville de Pont-à-Marcq cachait depuis 1987 un « trésor » dans son coffre-fort. Soixante-quatre pièces exactement, des Napoléons, des Louis d’or, des francs suisses, des dollars etc., trouvé de façon rocambolesque lors de travaux au pied de la mairie… Tout a été vendu aux enchères. Pont-à-Marcq ne roulera pas sur l’or grâce à la vente de ses pièces. Mais l’histoire vaut tout de même son… pesant d’or. La petite commune dormait en effet, sur un petit magot sans le savoir. Jusqu’à un coup de pelleteuse de l’entreprise Malaquin, quelques jours avant Noël 1987. La société était chargée de démolir les anciens ateliers des établissements Maniglier, une habitation rachetée par la ville six ans auparavant et victime d’un incendie en

Le tresor gaulois qui pourrait couter cher aux apprentis Indiana Jones

La chasse au trésor en valait-elle la peine ? En octobre 2012, six archéologues amateurs ont découvert près de 2 000 pièces gauloises datant probablement du Ier siècle avant Jésus-Christ à Laignes (Côte-d’Or), près de Dijon. Ils souhaitaient garder le silence sur leur trouvaille mais ont été trahis par les réseaux sociaux. Ces fouilleurs doivent être jugés, vendredi 19 juin, devant le tribunal correctionnel de Dijon pour « vol de mobilier archéologique » et « fouilles clandestines ». Ils risquent jusqu’à 100 000 euros d’amende et sept ans d’emprisonnement. Tout avait pourtant bien commencé pour ces Indiana Jones en herbe. Le site 20 minutes rapporte qu’en octobre 2012, cette petite bande s’est rendue, de nuit, dans un champ non loin

Tresor decouvert par des ouvriers dans l’Eure : la belle histoire s’acheve au tribunal

Si l’on trouve un trésor, il faut le déclarer. Pour ne pas l’avoir fait, trois maçons de l’Eure qui avaient vendu pour 900.000 euros de lingots et de pièces d’or découverts sur un chantier, comparaissent ce vendredi (5 décembre) devant le tribunal correctionnel d’Evreux. Trésor découvert par des ouvriers dans l’Eure : la belle histoire s’achève au tribunal : Les trois ouvriers sont poursuivis pour « vol en réunion ». Un numismate du département qui a acheté le trésor avant de l’écouler ensuite, principalement en Belgique, est accusé notamment de « recel » de « blanchiment » aggravés et de « faux en écritures ». Les trois ouvriers risquent jusqu’à cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende, le numismate jusqu’à 10 ans et 750.000 euros. Le procès

FacebookGoogle+